société

CNAMGS : vives tensions autour de l’utilisation opaque de 150 millions de FCFA décaissés pour l’organisation d’un séminaire


L’atmosphère n’est plus au beau fixe depuis des mois à la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS). Après les soupçons de détournement de 12 milliards de FCFA et l’attribution des salaires à la tête du client qui a conduit l’agent comptable à geler les salaires des cadres dirigeants, c’est au tour de l’utilisation opaque de 150 000 000 FCFA destinés à l’organisation d’un séminaire sur la phase expérimentale des travaux sur les indicateurs et tableaux de bord actuariels des organismes de prévoyance sociale de la zone CIPRES, organisé du 5 au 16 juillet 2021, de raviver les tensions parmi les salariés

Selon plusieurs sources, près de 150 000 000 de FCFA auraient été décaissés pour l’organisation de ce séminaire quand dans le même temps, l’immatriculation de masse d’assurés principaux GEF reste toujours suspendue. 150 000 000 FCFA grassement sortis des caisses par le directeur général, Séverin Anguilet et son directeur administratif et financier, Henry Ogouamba, pour un séminaire dont prenaient part, pour le compte de la CNAMGS, uniquement les agents dont les missions sont portées vers les activités opérationnelles et qui produisent des informations, pouvant servir à la construction de tableaux de bord actuariels.

Tout se serait bien terminé si les primes de fin de séminaire n’avaient pas été attribuées de façon illégale et sans vergogne. Il est vertement reproché au DG et son DAF d’avoir ridiculisé la grande majorité des participants en leur donnant des miettes quand, dans le même temps, certaines « bimbos » bien identifiées dont ils seraient tous les deux proches, auraient été grassement primées alors même qu’elles n’ont pas pris part aux ateliers. Ce qui a plombé l’atmosphère lors de la cérémonie de clôture. Les participants lésés n’ont pas hésité à laisser transparaître leur mécontentement.

À la CNAMGS, les agents connaissent les taux applicables à chaque catégorie pour le paiement des primes en pareille circonstance. Or, aucune des « bimbos » qui auraient été grassement payées n’est cadre. Elles sont toutes chef de service ou chargée d’études, mais auraient été mieux rémunérées que les directeurs. Même dans le cadre des salaires, des sources affirment qu’elles seraient, pour certaines, mieux payées que leurs chefs. Cette pratique qui aurait été royalement instaurée depuis l’arrivée de Séverin Anguilet et Henry Ogouamba, pousse le personnel au dégoût tant l’humiliation est grande et récurrente. À titre d’exemple, certaines des « bimbos » se seraient retrouvées avec 2,5 millions de FCFA de primes sans avoir pris part au séminaire alors qu’un directeur qui a été présent tous les jours n’a reçu que 1 million de FCFA. Par ailleurs, une grande partie de l’enveloppe aurait pris une destination connue du seul directeur général et son complice, indique notre source.


Warning: json_decode() expects parameter 1 to be string, object given in /homepages/45/d841531003/htdocs/clickandbuilds/i24gabon/wp-content/plugins/posts-social-shares-count/classes/share.count.php on line 66

Warning: json_decode() expects parameter 1 to be string, object given in /homepages/45/d841531003/htdocs/clickandbuilds/i24gabon/wp-content/plugins/posts-social-shares-count/classes/share.count.php on line 86

Warning: json_decode() expects parameter 1 to be string, object given in /homepages/45/d841531003/htdocs/clickandbuilds/i24gabon/wp-content/plugins/posts-social-shares-count/classes/share.count.php on line 66
comments icon0 comments
0 notes
755 views

Write a comment...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *