Michel Mboutsou, le bourreau de la CNAMGS

On devrait encore parler de ce monstre créé de toutes pièces dans une officine d’arrière-cour, pour enrichir illicitement, au nom d’un semblant de supervision ou de contrôle de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale CNAMGS, un petit nombre de citoyens(sa famille et lui-même) , au détriment de l’intérêt du plus grand nombre d’habitants d’un pays, surtout lorsqu’il s’agit non seulement d’un domaine aussi stratégiques que les assurances maladie. Plusieurs milliards de FCFA se volatilisent, au vu et su de tout le monde sans que le mamba ne dise mot.

Le président Ali Bongo a été copieusement dupé par l’ancien baron de la CNAMGS plus particulièrement le directeur général Michel Mboutsou, face auxquels il s’est montré très faible en lui faisant une aveugle confiance qui s’est soldée par des détournement massifs des fonds publics laissant la population gabonaise dans un état des  conditions sociales très arides et miséreuses. Le directeur général de cette entité sociale Michel Mboutsou a engouffré une fortune vertigineuse lors de son passage à la CNAMGS.

Le rapport des audits de la cour des comptes donne des précisions catastrophiques contrairement à ce que la direction générale approuve. Plus de 70 milliards de FCFA ont été détournés par ce budgétivore lors de son passage à la CNAMGS.

Suivant l’évolution d’un pays normal, l’enquête actuelle déclenchée par le Parquet de Libreville dans le cadre de l’opération MAMBA doit s’intéresser l’homme aux 70 milliards de francs CFA détournés en un laps de temps.

Hormis cette grosse somme d’argent volé, l’époux de la présidente du SENA aurait embrigadé le véhicule de fonction qui ne devrait plus être sa propriété mais plutôt celle de son successeur.

Oui le Gabon a mal à sa gestion de fonds publics, les gestionnaires de la fortune publique font preuve d’un manque de patriotisme. Sinon comment expliquer le fait que ce problème resurgit chaque fois, malgré la mise sur pied d’institutions comme le Contrôle Supérieur de l’Etat, le Tribunal Criminel Spécial et la très fameuse opération MAMBA qui vise à s’abattre sur ceux qui « dévorent » la fortune publique , malgré les arrestations des personnalités autrefois craint et respecté du régime en place, ces criminels financiers n’ont plus peur. Tout simplement.

Comment un homme peut-il détourner à lui seul des milliards de francs CFA ? Que va-t-il faire avec tout cet argent ? Tout cela entraine des manques à gagner énormes pour le Gabon et son développement économique. Le détournement de fonds est un véritable frein au décollage du géant gabonais dans la sous-région Afrique centrale.

Même dans la mentalité des gabonais, cette pratique est encrée. On se dit « les autres l’ont fait avant moi, pourquoi pas moi », oui, il faut bien mettre la famille à l’aise et à l’abri du besoin, quitte à être emprisonné plus tard.

Le détournement des fonds publics ainsi que la corruption constituent véritablement des freins pour l’essor du Gabonais. Les mentalités des uns et des autres doivent changer afin que cette nation puisse enfin se tourner résolument vers son émergence.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici