Nicole Assele remercie le Congrès de l'avoir désigné comme Délégué général. © 2019

Dans le cadre de la célébration du vingt cinquième anniversaire de sa création en tant que parti politique, le Centre des libéraux réformateur (CLR) s’est réuni en Congrès extraordinaire, ce week-end à Libreville, dans l’optique de se renouveler. A cette grande messe, Dr. Nicole Assele sera plébiscité pour désormais porter le flambeau du parti.

Formation politique de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence, le Centre des libéraux réformateurs (CLR), à l’occasion de la célébration de ses vingt cinq ans d’existence, a tenu son premier Congrès extraordinaire, ce samedi 14 septembre du côté du Gymnase d’Oloumi. Dans une ferveur militante remarquable, les centristes ont trouvé ces assises propices pour la réformation de leur joyau politique ; d’où le thème arrêté pour la circonstance : « Le Centrisme, pour réformer et changer dans la continuité ».

Cinq moments importants ont ponctué cette rencontre militante. Entre autres : la cérémonie solennelle d’ouverture ; les travaux en Commission, qui ont consisté à épuiser l’unique point inscrit à l’ordre du jour, notamment la modification de quelques dispositions des statuts, dont l’objectif principal était, d’après le rapport général de cette rencontre, « de donner au Centre des Libéraux Réformateurs une superstructure revitalisée et plus apte à relever les défis du moment » ; la présentation et l’élection des nouveaux responsables du parti.

Le Congrès a ouvert ses assises par le discours de circonstance du président-fondateur du parti, Jean Boniface Assele, qui n’a pas manqué d’exprimer aux militants sa joie d’être parmi eux et son souhait de voir un CLR renouvelé. « Je pense qu’au sortir de ces assises le CLR trouvera un nouvel élan », a-t-il laissé entendre. « Ensemble, changeons de système pour changer nos mentalités avec plus de démocratie et plus de partage », a-t-il ajouté. C’est donc là une volonté très mal masquée du patriarche centriste de passer enfin le flambeau.

Entre critiques de l’intérieur et démissions en cascade des figures importantes, le parti, dont l’idéologie est, selon le père fondateur, le centrisme politique « préconisant le libre débat contradictoire et constructif des idées contre la bipolarisation malheureuse de notre vie politique », a finalement décidé de se réinventer et se renouveler en la personne de Nicole Christiane Assele.

Désormais élue Délégué général du parti par acclamation du Congrès, sur proposition du président-fondateur devenu lui-même président du Conseil politique (nouveau), selon les nouvelles dispositions statutaires et réglementaires, le Dr. Nicole Assele a vu en cela ce qu’elle a qualifié de « moment historique ». Historique, parce que, semble-t-il, quasi inédit.

« L’histoire retiendra comme une marque indélébile, qu’après avoir combattu le bon combat durant plusieurs années, un leader politique a librement et pacifiquement procédé à la mise en place d’un processus qui préfigure une relève préparée et compétent. Je m’incline devant ce geste d’élégance politique de haute portée suffisamment rare », a-t-elle souligné avec enthousiasme.

Se déclarant combattante politique aspirant à une clairvoyance à toute épreuve et à une lecture politique inscrite dans le temps et la durée, la tête de proue du directoire du CLR n’est pas restée sans mesurer le poids de son nouveau statut. « Le challenge est à la fois palpitant et lourd de responsabilité. J’accepte volontiers de relever le défi », a-t-il martelé. Pour cela, la main a été tendue à chacun et à tous les militants pour une meilleure lutte militante dans le but de contribuer à garantir ensemble l’avenir du Gabon.

Toutefois, on peut tout de même se demander si la nouvelle promue serait à la hauteur des aspirations des militants d’un parti visiblement en difficulté depuis les dernières échéances politique.
Attendons voir…

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici