Edgard Anicet Mboumbou Miyakou ministre d'État, de l'Intérieur, de la Justice, Garde des Sceaux, lors de la réunion mardi 27 août 2019 à Libreville. © I24GABON

Edgard Anicet Mboumbou Miyakou ministre d’État, de l’Intérieur, de la Justice, Garde des Sceaux, a dirigé le mardi 27 août 2019 à son Cabinet, une réunion consacrée au fait de centaines de carpes retrouvées mortes dans le fleuve Ogooué.

Le gouvernement par la voix du ministre en charge de l’agriculture et de la pêche avait mis en place, une commission d’enquête qui devait apporter des éléments de réponses claires à cette situation dans les 15 jours après l’incident.

« Le phénomène de mortalité des carpes s’est estompé avec une tendance à la normalisation dans les zones allant de Ndjolé à Lambaréné. Toutefois, on observe le déplacement de cette épidémie vers l’Ogooué Maritime », a indiqué le ministre au cours de cette rencontre.

Selon le diagnostic des nouvelles analyses biologiques du Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), cette épidémie est d’origine bactérienne et la carpe est la seule espèce de poisson infectée. Les résultats d’analyse permettent d’éliminer une pollution aux hydrocarbures et aux métaux lourds mercure.

Compte tenu de ce qui précède, le Gouvernement autorise à nouveau les activités de pêche et de vente ainsi que la consommation de toutes les autres espèces de poissons en dehors de la carpe. Durant cette concertation, le gouvernement gabonais n’a pas manqué à réitérer son invitation aux populations des zones concernées à respecter les mesures de précaution suivantes: « S’abstenir de consommer et manipuler les poissons retrouvés morts, éviter de consommer les carpes fumées, salées, braisées ou cuites à l’étouffée Préférer les bouillons, bien faire bouillir les eaux destinées à la consommation ».

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici