Le Directeur de Cabinet du Président de la République s’est longuement exprimé, à la faveur d’une interview accordée au magazine Jeune Afrique. Brice Laccruche Alihanga traduit  sans langue de bois et dans un style direct le pragmatisme et le courage du numéro un gabonais qui a décidé de trancher avec les pratiques du passé. Pour lui, le choix des gestionnaires de l’administration est fondamentale pour atteindre les objectifs de développement du Gabon.

Portant la parole du Président Ali Bongo Ondimba, Brice Laccruche Alihanga a eu l’occasion de s’exprimer sur un bon nombre de sujets relatifs au fonctionnement du Gabon. Le plus proche collaborateur du Chef de l’Etat estime que ce sont les hommes qui sont responsables des retards enregistrés dans la mise en oeuvre du Plan Stratégique Gabon Émergent (PSGE).

« Quand le prix du pétrole était très élevé, certains se sont crus tout permis » a déclaré Laccruche, regrettant l’absence de contrôle de ses hommes durant le premier septennat d’Ali Bongo Ondimba. Sous l’impulsion du « DC », les jeunes sont de plus en plus promus à des postes importants dans l’administration, pour mettre un terme aux affaires de « titres fonciers » comme cela se dit à Libreville. « Vous avez sûrement remarqué depuis six mois l’accélération du renouvellement de notre administration. Il n’est pas sain que telle ou telle personnalité puisse rester en poste pendant quinze ou vingt ans » a t-il martelé.

« Il ne faut pas confondre renouvellement et jeunisme. Il y a des gens plus âgés qui veulent faire bouger les choses. Et d’autres, plus jeunes, qui restent prisonniers de l’ancien monde, avec ses roitelets locaux et son économie de rente »

Il n’est toutefois pas question de changer de visage pour le plaisir de changer. Cependant, l’homme dont la mission est de « relayer la parole présidentielle » met en garde: « Il ne faut pas confondre renouvellement et jeunisme. Il y a des gens plus âgés qui veulent faire bouger les choses. Et d’autres, plus jeunes, qui restent prisonniers de l’ancien monde, avec ses roitelets locaux et son économie de rente » . Le but du Président Ali Bongo est donc simplement de promouvoir la méritocratie et d’apporter un souffle nouveau dans la gestion de la chose publique.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici