Serge Ongali directeur général de la BEAC Franceville

Qui est cet homme accusé de violences sexuelles ? Serge Ongali le patron de l’agence de la Banque des Etas de l’Afrique Centrale de Franceville, qui a réussi à devenir directeur général malgré son niveau d’étude très minable. Mais sur qui compte –t-il lorsqu’il se comporte ainsi dans une société où un certains bon nombre des règles sont établies pour réguler le fonctionnement des hommes ? Simplement parce qu’il est téké donc, détient un certains pouvoir et « personne ne peut rien lui faire donc, allez vous plaindre où vous voulez. »

On l’appelle Serge Ongali, un nom qui sonne désagréablement dans les oreilles des agents de l’agence BEAC de Franceville. Un tantinet désuet, un brin condescendant, il est patron de l’ agence d’une grande banque de l’Afrique Central. Son CV est vierge de diplôme

Faire ou défaire une carrière, se croire intouchable parce que l’on est un des hommes les plus puissants de la famille présidentielle, profiter de son aura et de sa séduction oratoire, voilà ce qui pousse cet hommes à commettre des actes répréhensibles.

Le pouvoir stimule-t-il la libido ? Les petites employées à la BEAC de Franceville n’ont  pas le choix au risque d’être renvoyées et  acceptent rapidement de s’allonger  sur le canapé de Serge Ongali.

Face à cette situation regrettable, il faut avouer que les agents de la BEAC Franceville ont de la peine à cacher leur satisfaction de voir ce pilleur de fonds publics tomber de son piédestal et intégrer la prison.

Le nombre de harcèlements et d’agressions sexuelles par Serge Ongali à l’égard des femmes ne cesse d’augmenter dans les locaux de cet établissement bancaire.

Embaucher à la BEAC avec comme seul diplôme, une lettre de recommandation émanant de la présidence de la République gabonaise, le patron de l’agence BEAC de Franceville démontre son incompétence de diverses façons. Sa véritable force demeure du simple fait qu’il serait téké et rien ne peut lui arriver.

Nous y reviendrons avec les documents afférents qui démontrent les détournements de fonds par Serge Ongali, à la BEAC.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici