Incendie lors des émeutes qui ont suivi la proclamation des résultats de l’élection présidentielle d’août 2016. © I24GABON 2019

Confiés à une entreprise chinoise, les travaux de réhabilitation de l’Assemblée nationale et la reconstruction de son hémicycle redémarrent progressivement. Sur le chantier, le président de la maison du peuple, Faustin Boukoubi, tout en se satisfaisant du redémarrage des travaux, justifie leur retard.

Victime d’un incendie lors des émeutes qui ont suivi la proclamation des résultats de l’élection présidentielle d’août 2016, l’Assemblée nationale, depuis juin dernier, subi les travaux de réhabilitation et de reconstruction de son hémicycle. Seulement, quelques mois après, ces travaux ont connu un véritable ralentissement.

Sur le terrain ce lundi 16 septembre, le président de cette institution, Faustin Boukoubi, avec l’appui technique du ministère des Travaux publics, est allé constater l’état d’avancement des travaux. Bien que satisfait du redémarrage des activités sur le site, le président Boukoubi n’est pas resté sans justifier leur retard : « Nous sommes en plein déménagement. Il y’a encore des services qui n’ont pas quitté les bureaux, et c’est en train de se faire petit à petit. Ce qui retarde l’avancement des travaux par nos partenaires », a-t-il laissé entendre.

L’envergure des travaux prévus durer quatorze mois contraint ainsi les représentants du peuple au déménagement et à la location.
Pour le respect des normes relatives au domaine du BTP, le ministère des Travaux publics ne manque pas de veiller au déroulement des travaux effectués par une entreprise chinoise. « Les Chinois travaillent sur la base des normes chinoises, et nous nous travaillons sur la base des normes européennes. Tout ce que nous cherchons, c’est de nous accorder sur les valeurs à atteindre ; et de longues discussions ont été menées dessus, depuis l’étude de faisabilité jusqu’à l’avant-projet sommaire et l’avant-projet détaillé », a indiqué Mme Véronique Obame Obiang, contrôleur technique du ministère des Travaux publics.

En plus de la réfection du bâtiment central et de la reconstruction de l’hémicycle, il est prévu la construction des bureaux annexes qui permettront de désengorger le palais Léon Mba.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici