La cour constitutionnelle vient de valider l’élection de la candidate indépendante Estelle Ondo aux  législatives 2018 dans le deuxième arrondissement de la commune d’Oyem. Suite à plusieurs « irrégularités » constatées en faveur de son adversaire, Antoine Menie m’Eyi, candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG) arrivé au second tour avait introduit un recours en annulation de l’élection. La Cour constitutionnelle ayant statué ce samedi 15 décembre 2018, le candidat PDG s’est adressé aux populations d’Oyem.

Nous vous livrons in extenso, l’intégralité de son adresse.

Oyémoises,
Oyemois,

Comme vous le savez tous, la Cour Constitutionnelle vient de rendre son verdict consécutivement au recours que j’ai introduit en annulation des résultats du deuxième tour de l’élection législative dans le 2ème arrondissement de la commune d’Oyem.

Avant toutes choses, je tiens à remercier les plus Hautes Autorités du parti qui m’ont fait l’honneur de porter leur choix sur ma modeste personne lors de la phase des investitures.

S’agissant de la campagne électorale qui n’est qu’un combat d’idées, c’est sur la candidate Estelle Ondo que les électeurs et les décideurs ont porté leur dévolu.

Aussi, en toute humilité, voudrais-je ici lui présenter mes vives félicitations pour cette victoire et lui souhaiter  bon vent dans les nouvelles et lourdes responsabilités qui sont désormais les siennes.

Par la même occasion, je tiens absolument à rendre un vibrant hommage aux huit (8) autres candidats en lice  au premier tour de l’élection pour leur conduite très honorable et citoyenne.

Je voudrais aussi adresser toute ma gratitude à  tous ceux là qui, avec loyauté, sincérité, conviction et détermination, se sont engagés à mes côtés dans cette aventure périlleuse, en faisant intentionnellement  abstraction des manquements, tares et insuffisances qu’ils auraient décelés en moi. La forte adversité et les tentatives d’intimidation auxquelles ils ont fait face tout au long de la campagne électorale n’ont pas suffi pour atténuer  leur force de caractère et leur fidélité. Le score très éloquent obtenu au premier et au deuxième tour en est une parfaite illustration. D’aucuns auraient pu soulever le problème de moyens qui ne sont jamais assez en pareilles circonstances. Fort fut heureusement de constater que ces jeunes et ces moins jeunes, ces femmes et ces hommes ont tenu le coup en faisant beaucoup avec le peu qu’ils ont reçu. Pour certains d’entre eux, je n’étais qu’un  individu, un inconnu dont ils ont entendu parler à travers de nombreux actes sociaux que je pose depuis plusieurs années. Je leur fais un coucou. Cette attention particulière s’adresse   aux deux groupes « Oyem Tetele » et  « Les Couchés ». Vous avez tous été formidables. Merci, merci, merci.

Je ne saurais oublier tous ceux qui, de près ou de loin, m’ont apporté leurs soutiens et leurs aides multiformes. Ils se reconnaissent sûrement. Encore une fois merci, merci, merci.

J’aurais bien voulu m’en passer. Mais il faut malheureusement que je dise un mot à l’endroit de cette frange de camarades, de frères, de soeurs et d’ami(e)s qui ont brillé par la trahison, la duplicité, la délation, la calomnie. Ces pratiques rétrogrades à travers lesquelles leurs auteurs excellent ne les grandissent, car vous convenez avec moi que ces derniers naviguent à contre courant par rapport à la discipline du parti et aux valeurs régaliennes  des différentes sociétés et organisations auxquelles chacun d’entre nous appartient. Ces pratiques, faut-il le souligner, profitent à leurs commanditaires, au détriment des intérêts du plus grand nombre. Cependant, sans vouloir me substituer aux instances du parti habilitées en la matière, je leur pardonne et souhaite que le Très Haut en fasse autant.

Oyemois,
 Mesdames et Messieurs,

Les élections sont terminées. Une nouvelle page  vient d’être tournée.
– Place maintenant à la restauration de notre vivre-ensemble légendaire;
– Place maintenant au travail;
– Place maintenant à la construction et au développement de notre cité dont la mise en œuvre passe invariablement par l’épanouissement de toutes ses filles et de tous ses fils, sans exclusion aucune, car unis nous sommes forts.

Pour terminer mon propos, je vous souhaite une bonne fin d’année 2018 dans l’espoir que 2019 qui pointe à l’horizon soit plus fructueuse pour le département du Woleu en général et la commune d’Oyem en particulier.

Que Dieu nous bénisse et qu’il bénisse le Gabon. Je vous remercie.

Antoine Menie m’Eyi 

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici