Acte de vandalisme à l’Ambassade du Gabon en France: Le paroxysme de la bassesse?

0
3382

Les locaux de l’Ambassade Haute Représentation du Gabon en France ont été, une fois de plus, une fois de trop, assiégés et vandalisés par des personnes bien identifiées. Il s’agit d’activistes bien connus.

Il y a eu l’incendie de l’Assemblée Nationale et la tentative de raid sur le siège de Gabon Télévision en 2016, les multiples manifestations à Paris assorties d’injures à l’encontre du Pouvoir en place au Gabon. Ce 1er juin, ils sont allés plus loin, en saccageant le hall de l’Ambassade du Gabon en France. Des gabonais se réclamant de l’opposition radicale, et bien identifiés car visibles sur les réseaux sociaux à travers leurs photos et vidéos réalisés pour se réjouir de la bassesse commise dans les locaux de la représentation diplomatique.

Pendant un quart d’heure, Marceau Toumane Malekou, Doriane Nzahou Izenga, Françoise Pissotte épouse Kessany, John Cosa, Thierry Dieudonné Mouyouma et Serge Nguema Ndong ont mené le « commando de la honte », allant jusqu’à afficher un portrait de l’opposant Jean Ping dans l’enceinte de l’ambassade. Un acte qui s’inscrit dans leur ridicule logique de reconnaître l’ancien président de la Commission de l’Union Africaine comme Président élu du Gabon.

Une riposte nécessaire

Depuis 2016, l’Etat gabonais s’est montré trop laxiste face à ce genre d’actes répréhensibles, encourageant inconsciemment l’incivisme de ceux qui vivent encore avec la nostalgie de la dernière élection présidentielle. Il est temps pour les gouvernants de sévir ces indélicats, d’ailleurs inutiles pour le Gabon, juste bons à distraire l’opinion. Les poursuites judiciaires annoncées doivent aller jusqu’au bout. Les coupables sont connus et ne se cachent pas, fiers de leur fait d’armes. Les sanctionner avec la plus grande fermeté serait un message lancé aux autres éventuels activistes qui penseraient à les imiter.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici