Le 24 septembre dernier, l’ancien ministre des Droits humains, de l’égalité des chances et des Gabonais de l’étranger, Alexandre Désiré Tapoyo claque la porte du Parti démocratique gabonais (PDG). Si certains font état de déconvenues entre lui et l’équipe dirigeante du PDG, les raisons de son départ semble plutôt se trouver du côté du Centre des libéraux réformateurs (CLR), à en croire aux confidences d’un des hiérarques de ce parti.

En 2017, l’ancien ministre au premier mandat d’Ali Bongo et, dernièrement, membre du Conseil municipal de Libreville, Alexandre Désiré Tapoyo démissionne du Centre des libéraux réformateurs (CLR), parti politique au sein duquel il a fait ses classes, avant d’intégrer la même année le parti au pouvoir, le Parti démocratique gabonais (PDG). Démission qui a, sans doute, mécontenté ses anciens compagnons centristes et contentés ses nouveaux camarades pdgistes. Seulement, deux ans plus tard, le divorce va être prononcé entre ce transfuge du CLR et le PDG qui venait de l’adopter.

En effet, c’est par une lettre datée du 24 septembre 2019, adressée au secrétaire général du PDG, Eric Dodo Bouguendza, que l’ancien président du Conseil d’administration de la Société gabonaise de transport (Sogatra) a notifié sa démission du parti de ‘’masse’’, pour, dit-il, être libre de « défendre le Gabon des ombres qui se profilent à l’horizon, avec la ferme intention de détruire l’œuvre de construction nationale ».

En raison du caractère sombre de son argumentaire, l’occasion a été trouvée pour les uns et les autres de donner, chacun selon sa source, les éventuelles causes de rupture entre Alexandre Désiré Tapoyo et le PDG. Si certains font état de déconvenues entre ce dernier et l’équipe dirigeante du parti au pouvoir, les raisons de son départ semblent plutôt se trouver au sein du CLR.

Selon un haut cadre de ce parti, des tractations auraient eu lieu entre Alexandre Tapoyo et Nicole Assélé. Quelques jours seulement après qu’elle a succédée à son père à la tête du CLR, le 14 septembre dernier, Nicole Assélé s’est fixée l’objectif de « ramener toutes les brebis égarées à la maison », afin de redynamiser son parti. Elle aurait jeté son dévolu sur Tapoyo, reconnu pour son militantisme incontesté.

Si ce retour est avéré, ce serait une « grosse raclée » donnée par la nouvelle Patronne du Centre des Libéraux Réformateurs au Parti Démocratique Gabonais.

Patrick Montalier

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici