C’est à l’occasion d’une rencontre organisée en présence des présidents de l’ensemble des fédérations sportives le jeudi 27 juin 2018 qu’Alain-Claude Bilie-by-Nze, ministre des sports, a posé les fondements de la nouvelle vision du sport gabonais.

Mesure courageuse et osée, c’est le moins que l’on puisse dire de la récente décision du patron du sport gabonais. Les dernières prestations de nos sportifs hors des frontières ayant laissé, pour l’essentiel, un goût amer. Entre manque de préparation, condition de travail exécrable et une anarchie au sein de certaines fédérations, le ministre des sports remet les pendules à l’heure.

« Il ne sera plus question d’engager des équipes nationales ou individus à l’étranger si on n’organise aucune compétition sur le plan local », a indiqué Alain-Claude Bilie-by-Nze. Voilà qui vient mettre un terme au désordre orchestré au sein de plusieurs fédérations où il était fréquent de voir des sportifs gabonais engagés dans des compétitions internationales alors même que sur le plan national il n’existe aucune compétition dans les disciplines concernées. Le Gabon était jusqu’à ce jour l’un des rares pays au monde à être dans cette situation.

« C’est une décision salutaire et une démarche responsable. Il était tant que le Gabon ait un ministre des sports comme Bilie-by-Nze. Je connais ce monsieur et je sais qu’avec lui le sport gabonais a désormais de beaux jours devant lui », confie un président de fédération interrogé en marge de la rencontre.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici