Le gouvernement compte disponibiliser les fonds nécessaires à la formation professionnelle. © I24GABON

Réunis à la primature, les membres du gouvernement impliqués dans la formation professionnelle, les directeurs d’établissements professionnels ainsi que les secrétaires généraux ont eu, ce jeudi, une séance de travail avec le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale. Séance de travail qui a consisté à faire le point sur le financement nécessaire pour améliorer la formation professionnelle.

Au moment où le sempiternel problème du chômage des jeunes, dû à l’inadéquation formation-emploi, continue à se poser au Gabon avec acuité, le gouvernement ne reste pas sans trouver les voies et moyens pour y apporter des pistes de solution. C’est, sans doute, dans cette optique que le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, s’est entretenu, ce jeudi 19 septembre, avec les ministres impliqués dans la formation professionnelle, notamment Madeleine Berre, de la Fonction publique, du travail et de la formation professionnelle, Michel Menga M’Essone, de l’Education nationale, Lee White, de la Forêt et Roger Owono Mba, des Finances. Cette rencontre, qui était élargie aux directeurs des Grande écoles et aux secrétaires généraux, a consisté à faire le point sur le financement, déjà disponible, pour améliorer la formation professionnelle au Gabon.

« La formation professionnelle, permettra de régler sensiblement la question de l’inadéquation formation-emploi, pour permettre à nos jeunes compatriotes qui sortent du système scolaire et universitaire de trouver l’emploi qui correspond aux besoins de notre économie », a précisé le premier ministre à l’entame de la rencontre.

Le gouvernement compte ainsi disponibiliser les fonds nécessaires à cet effet, soit 166 milliards de Francs CFA, qu’il s’agira de déployer dans les secteurs fondamentalement jugés prioritaires, afin d’obtenir des résultats escomptés.

« Nous insistons maintenant dans les priorités, comme l’a suggéré le premier ministre, d’aller vers les métiers du bois, les métiers d’agriculture, parce que nous avons conscience que ces métiers là ont une forte capacité d’absorbation sur le marché », a souligné le ministre de la Fonction publique, du travail et de la formation professionnelle, Madeleine Berre.

L’Etat, avec l’appui des bailleurs de fonds, compte améliorer la qualité de la formation professionnelle au Gabon, à en croire au ministre Madeleine Berre : « Nous avons l’ambition aujourd’hui d’offrir une formation pré-Bac, mais aussi poste-Bac, c’est-à-dire d’ériger à l’intérieur de ces centres des instituts technologiques qui permettent effectivement de pouvoir absorber tous les métiers. Ce sont les réalisation que nous pourrons avoir pour 2020 ».

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici