Jean Ping, le patron de la Coalition pour la nouvelle République. Image d'archives, utilisée à juste titre d'illustration. © I24GABON

A l’issue d’une rencontre avec ses partisans mercredi 21 août en fin d’après-midi dans son Quartier général des Charbonnages dans le 1er arrondissement de la commune Libreville, Jean Ping l’opposant radical de la scène politique gabonais, tente de conserver son leadership sur l’opposition gabonaise. Il s’est cependant, montré très critique à l’égard de l’initiative d’un groupe de dix opposants qui entendaient demander en justice une expertise médicale contre Ali Bongo.

Face à une poignée de ses fidèles au sujet de l’initiative du collectif « Appel à agir » qui souhaiterait faire constater en justice l’incapacité du président Ali Bongo à diriger le Gabon, le patron de la vague jaune, qualifie cette attitude d’un manque de vision prospective: « Cette démarche était vouée à l’échec. On prend donc le risque de montrer à l’opinion, qu’une fois de plus, l’opposition n’est pas parvenue à ses fins. Au final, c’est contre-productif même si je vois bien l’idée de crier par la suite à l’injustice et à l’arbitraire. Mais ça n’aura aucun effet », s’exclame le leader de la CNR.

En poussant la balle un peu plus en profondeur dans sa critique, Jean Ping n’a pas manqué de soutenir son opinion« Je ne suis pas naïf. L’objectif de cette démarche n’était pas d’aboutir à ses fins mais d’attirer vers ses promoteurs la lumière médiatique», a-t-il confié. Et d’ajouter aussitôt :« En politique, il faut avoir le sens de l’efficacité et pas uniquement de la communication».

Face au collectif d’opposants regroupés au sein d’ »Appel à agir », Ping ne se montre pas tendre car, il entend démontrer son importance auprès de ses adversaires tels que Guy Nzouba-Ndama, le leader des Démocrates, et Alexandre Barro-Chambrier, le patron du RPM, ex-RHM.. A plusieurs reprises, il les a qualifiés de « seconds couteaux en mal de lumière médiatique. » Le leader de la CNR s’est d’ailleurs toujours efforcé à cultiver une certaine distance avec ce petit groupe dont il se méfie, semble-t-il, des ambitions politiques.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici