Dans notre récent article traitant de l’arrêt des travaux de construction du nouveau pont de la Mairie de Nzeng-Ayong et la nouvelle voie pavée longeant le canal depuis l’échangeur de Nzeng-Ayong jusqu’à la Nouvelle Cité pour cause de non paiement de la partie gabonaise d’un montant de 732.000.000 francs CFA, nous désignions M. Jean-Marie Ogandaga, ministre de l’Economie et des finances comme étant celui qui bloque le paiement de ladite somme à l’entreprise CONDURIL. En réalité il n’en est rien. C’est plutôt le Trésor public qui refuse de payer.

L’ambitieux projet sensé « contribuer à renforcer les infrastructures communautaires du sixième arrondissement de la commune de Libreville et à améliorer la gestion du réseau de drainage des eaux, dans une perspective de l’incidence des maladies d’origine hydrique et de l’impact environnemental du le bassin versant sur le milieu naturel » est suspendu, bien que réalisé à 90%. L’entreprise adjudicataire CONDURIL et l’Union Européenne attendent toujours le paiement de 732.000.000 Francs CFA de la partie gabonaise, nécessaire à la livraison du chantier. Alors que nos premières investigations ont malencontreusement désigné le ministre de l’Economie et des Finances comme responsable de ce statut quo, d’autres plus minutieuses accablent plutôt Franck Yann Koubdje en sa qualité de premier responsable de la Comptabilité publique et du Trésor.

Dans une note parvenue à notre rédaction, datant du 24 décembre 2019, le ministre de l’Economie et des Finances demande au Directeur Général de la Comptabilité publique et du Trésor, de « procéder, dans les plus brefs délais, au virement de la somme de 754.267.572 francs CFA, imputée sur l’ordonnance de paiement n°18017396 établie en 2018 au profit dudit projet, sur le compte dédié de la Trésorerie Spéciale des Financements Extérieurs et des Contreparties ». Malgré cette instruction de son ministre de tutelle, Franck Yann Koubdje ne s’est pas exécuté à ce jour. Une attitude qui ne saurait s’expliquer alors qu’en novembre 2019, l’Agence Française de Développement (AFD) avait accordé un prêt de 25.000.000.000 Francs CFA au Gabon dans le cadre de son Plan de Relance Economique (PRE) et en décembre 2019, le Fonds Monétaire International (FMI) avait approuvé le décaissement de 72.700.000.000 Francs CFA dans le cadre du mécanisme élargi de crédit (MEDC).  

Note du ministre de l’Économie et des Finances adressée au Directeur Général de la Compatibilité publique et du Trésor

Manifestement Ali Bongo continue de prêcher dans le désert lorsqu’il dit faire de l’amélioration des conditions de vie des Gabonais sa priorité. Rien ne saurait justifier l’attitude des responsables du Trésor face à un projet à fort impact pour les populations tel que celui du bassin versant de Nzeng-Ayong.

Une nouvelle saison des pluies s’annonce et plusieurs familles de cette partie de la capitale gabonaise vont devoir, une fois de plus, faire face aux inondations avec leurs corolaires : dégâts matériels et parfois humains. Franck Yann Koubdje va-t-il en porter la responsabilité?

Patrick Montalier

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici